Comment accueillir et éduquer un chiot ?

Accueillir et éduquer un chiot est une affaire passionnante qui mérite de prendre le temps de s’informer et de réfléchir. Les enjeux sont importants car vous posez les bases de votre vie commune pour les 12 ans (en moyenne) à venir.

Vous tenez à ce que tout soit parfait, que le chiot se sente bien, qu’une belle relation, confiante et durable se mette en place. Mais vous vous posez des questions, craignez de « rater » ou « mal faire », avez besoin d’être rassuré…

Vous trouverez dans cet article les erreurs à éviter et les choses à faire pour être sûr(e) de démarrer du bon pied dans l’éducation de votre nouveau compagnon.

L’arrivée du chiot

Que l’évènement ait été bien étudié et planifié ou qu’il soit le fruit d’un coup de cœur, vous venez de rentrer avec une jolie boule de poils dans les bras.

Dans cette aventure qui débute, il faut prendre conscience que votre chiot ne partage pas votre joie.

De la séparation maternelle jusqu’à son arrivée chez vous en passant par les voyages, l’éventuelle animalerie ou salon du chiot, il a vécu de nombreuses péripéties, stressantes pour son jeune âge.

Laissez-le souffler

Eduquer un chiot c’est lui apprendre avant tout à faire confiance à ses humains. Votre présence doit être rassurante, pas stressante.

La qualité de l’accueil est donc un début d’éducation.

Accueillez-le le plus calmement possible, modérez l’excitation des enfants en leur expliquant que le chien a probablement peur de ce qui lui arrive, gardez une voix douce et calme.

Soyez patient : malgré votre enthousiasme, ce n’est pas le moment de présenter votre nouveau compagnon à la famille et aux amis.

Laissez-lui le temps d’apprivoiser son nouvel environnement, les bruits du quotidien et les odeurs, les différents membres du foyer, l’endroit où il mange, où il doit dormir…

Au départ, attribuez-lui un endroit restreint de la maison. Vous élargirez son horizon peu à peu. Pour lui ce sera plus rassurant et il est plus facile d’éduquer un chiot dans un périmètre limité.

Ne le laissez pas seul

Arrangez-vous pour disposer de quelques jours de disponibilité parfaite.

Les bases de la relation vont se mettre en place, le chiot va apprivoiser son environnement avec vous.

Vous consacrerez ce temps à l’apprentissage de la propreté, à la socialisation, à l’autonomisation. Ces points sont abordés plus loin dans cet article.

Vous deviendrez très vite son humain de référence en qui il placera sa confiance.

Durant la première semaine, vous allez vous focaliser sur les aspects essentiels à la bonne santé de votre animal et de votre relation.

Pour ce qui est de sa santé physique, votre vétérinaire saura vous accompagner et vous apporter toutes les explications nécessaires.

Mais la santé mentale et émotionnelle de votre chiot est tout aussi importante ! Un professionnel canin peut être sollicité pour vous expliquer les modes de communication de l’espèce canine, les besoins fondamentaux de votre nouveau compagnon, les besoins particuliers de la race que vous avez choisie, etc.

éducateur canin, chien et cliente

Ainsi, vous et votre chien partez sur de bonnes bases et vous avez en main les connaissances pour établir la meilleure des relations possibles.

L’apprentissage de la propreté

Quand on veut éduquer un chiot, c’est souvent la première chose à laquelle on pense.

Sortez-le après chaque jeu, sieste, repas, après avoir bu, après avoir couru…

A chaque fois qu’il fait un besoin dehors, montre-lui votre joie et offrez-lui éventuellement une petite gourmandise.

Avec de l’attention, des félicitations et de la cohérence, vous aurez très rapidement les résultats attendus.

Cependant, il ne pourra contrôler la totalité de ses muscles que vers 5 mois. Aussi, jusqu’à cet âge vous pouvez devoir faire face à des « accidents » dans la maison. Et ce, même s’il a compris ce que vous attendez de lui.

Si vous le prenez sur le fait, interrompez-le et emmenez le dehors immédiatement. Là vous le féliciterez chaleureusement s’il s’exécute.

Si vous découvrez l’accident, ne le grondez pas, ne lui mettez pas le nez au-dessus. Il a déjà oublié ce qui s’est passé et de toute façon, il ne pouvait pas faire autrement ! Nettoyez sans rien dire et soyez plus vigilant à l’avenir 😉

La socialisation

L’apparition de la peur chez le chiot a lieu vers 8 semaines.

C’est à dire généralement à la période où il arrive dans son nouveau foyer.

Vous pouvez donc avoir un chiot qui les premiers jours semblera bien s’adapter et qui brusquement présentera des comportements de recul ou de blocage. C’est un phénomène normal et vous devrez rassurer votre loulou sans pour autant le surprotéger. Votre propre comportement à ce moment-là sera déterminant.

La période de socialisation se termine vers 4 mois. Tout ce que le chien n’aura pas encore vu, entendu ou testé de façon agréable pour lui sera inconnu et susceptible d’engendrer des attitudes méfiantes voire de rejet par inquiétude.

Les problèmes de comportements des chiens trouvent souvent leur origine dans une socialisation insuffisante qui en fait des chiens craintifs et réactifs.

D’où le grand intérêt à faire vivre un maximum d’expériences positives à votre jeune chien avant son adolescence.

Donc, les deux mois suivant l’arrivée de votre chiot devront être consacrés à lui faire découvrir de très nombreuses situations possibles : tous types d’humains, d’animaux, d’odeurs, de bruits, d’environnement etc.

A ce titre, les écoles de chiots sont intéressantes pour élargir le champ de connaissances de votre jeune ami.

Pas de panique cependant, il y aura toujours des choses qui n’auront pas été vécues avant les 4 mois et qui se passeront bien si la richesse des expériences antérieures permettent au chiot d’y faire face avec un seuil d’émotivité suffisamment haut.

L’habituation au matériel

Collier, harnais, laisse…Si l’élevage dont il provient l’a familiarisé avec ces équipements, tout va bien mais c’est rarement le cas.

Ce sont donc de nouvelles découvertes à intégrer pour votre chiot et cette étape est importante car elle conditionne la confiance du chien dans ce matériel qu’il va devoir utiliser toute sa vie. On voit trop souvent des chiens se rétracter en voyant arriver le harnais ou la laisse alors que ce moment devrait être une anticipation du plaisir de la sortie.

Pour cela, il y a des exercices très simples à réaliser à la maison :

  • Habituez votre chiot à être pris par le collier pour que ce geste ne lui soit pas aversif
  • Mettez-lui la laisse puis enlevez-lui 1 ou 2 fois par jour. A chaque fois, ce doit être un moment agréable pour lui : friandise, petit jeu, mots doux…
  • Ne le laissez pas jouer ou mordiller sa laisse

L’apprentissage de la solitude

Vous vous êtes rendu très disponible pour votre nouvel ami mais sauf exception, vous serez amené à le laisser seul dans l’avenir.

Plus ou moins longtemps selon vos obligations et votre mode de vie.

Il faut donc dès le départ lui apprendre à bien gérer ces moments.

Débutez par de très courtes disparitions à l’intérieur même de la maison : 2 à 3 minutes suffisent la première fois. Progressivement vous augmenterez ce temps.

Lorsque le chien ne manifeste plus d’inquiétude, commencez à sortir de la maison pour de très courts instants que vous allongerez là aussi peu à peu.

Respectez toujours le temps qui est nécessaire à votre jeune ami.

Cette vidéo explique bien la progression à respecter.

Cette partie de l’éducation est très importante car un chien qui n’a pas appris à bien vivre ses moments de solitude sera non seulement stressé et malheureux mais le manifestera sous une forme ou une autre : destructions, aboiements, excitation…

Les règles de la maison

Vous devez savoir ce que vous accepterez de votre futur chien et ce que vous lui interdirez.

Ces règles doivent être enseignées au chiot dès son arrivée.

En effet, éduquer un chiot c’est façonner le comportement du futur chien adulte qu’il sera.

Si vous ne souhaitez pas que votre animal dorme sur votre lit, ne l’y prenez pas les premiers jours sous prétexte de le rassurer.

Il pleure ? c’est normal et vous devez le consoler. Mais en restant cohérent avec les règles que vous avez fixées. Rien ne vous empêche d’emmener son panier dans la chambre près de votre lit puis peu à peu de l’éloigner jusqu’au jour où Snoopy pourra dormir tout seul dans une autre pièce.

Il en est de même pour tout :

  • vous ne voulez pas d’un chien qui quémande à table ? ne cédez pas à ses mimiques de petit chiot craquant ;  
  • Vous souhaitez que le canapé reste à l’usage des humains ? il faut que ce soit tout de suite très clair pour le jeune chien quitte à ce que vous vous installiez à terre pour lui faire le petit câlin devant la télé
  • Vous avez conscience que les sauts d’accueil si mignons aujourd’hui pourraient bien être problématiques demain ? Ne le laissez pas sauter sur les gens ou sur vous dès maintenant
  • Etc.

Mieux vaut peu de règles que beaucoup que vous ne pourrez pas toujours faire respecter. Car la cohérence et la constance sont les concepts clés quand on veut éduquer un chiot ou un chien. Les règles ne doivent pas connaître d’exceptions.

Le rappel

L’apprentissage d’un rappel solide demande beaucoup de temps et se travaille tout le long de la vie du chien.

Il est possible de l’initier dès l’arrivée du chiot.

Bien sûr, vous n’allez pas demander à Snoopy de se tenir à 50 m et de revenir sur commande ! Mais le chiot ayant une tendance naturelle à suivre son individu de référence, il vous sera facile de mettre le mot « Viens » à chaque fois qu’il se dirigera vers vous et à le féliciter.

Votre compagnon doit peu à peu comprendre que quoi qu’il fasse, revenir vers vous est toujours plus intéressant. Pour cela il ne faut pas ménager vos efforts : ton de voix enjoué, friandise, départ pour une belle séance de course ou de jeu, moment du repas…

L’école du chiot

Il a été expliqué à quel point la socialisation est nécessaire.

Les écoles pour chiots accueillent les jeunes entre 2 et 6 mois et visent différents objectifs :

  • Favoriser des rencontres entre chiots de races différentes. Elles permettent aux jeunes de se familiariser avec toutes sortes de congénères différents ;
  • Permettre que ces rencontres se déroulent dans de bonnes conditions de sécurité physiques et mentales : les expériences positives de ces rencontres sont une très bonne prévention des risques de réactivité ;
  • Expérimenter différentes situations, voir d’autres humains, se familiariser avec d’autres bruits, odeurs et textures, bref, élargir sa vision du monde tout en restant protégé dans un cadre rassurant
  • Apprendre de façon ludique des notions qui lui seront essentielles comme se laisser manipuler, s’asseoir et se coucher sur demande, attendre avant d’obtenir quelque chose, se focaliser sur vous, ne pas toucher etc.

Tous ces apprentissages sont réalisés de façon douce et plaisante, les chiots passent un bon moment et pour leurs propriétaires, ce sont de joyeux moments de partage !

éduquer un chiot

Votre chiot va devenir adulte en passant par l’adolescence. Ensuite, une longue vie vous attend ensemble. Pour vivre tout cela, votre petit compagnon a besoin de vous et de vous faire confiance. Les bases que vous jettez durant ces premières semaines seront déterminantes dans la qualité de votre future relation et dans la capacité de votre chiot à aborder toutes les situations auxquelles il sera confronté.

Bonne route !